En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Infiltrations rachidiennes et articulaires, guidées par scanner

L’infiltration consiste à injecter un médicament directement au contact de la zone douloureuse en cas d’échec ou d’insuffisance d’un traitement médical bien conduit. Il s’agit d’une injection d’un médicament dont le but est d’agir au contact de la lésion articulaire.
 
Ce traitement appliqué directement au sein de l’articulation aura une action thérapeutique plus efficace qu’un traitement administré par voie générale en évitant la majorité des effets secondaires. Le plus souvent, le produit injecté est un anti-inflammatoire appartenant à la famille des corticoïdes (Diprostène, Hydrocortancyl, Altim…). Elles ont un effet symptomatique sur la douleur, à court et moyen terme et dans certains cas réduisent le risque de passage à la chronicité.

Par ailleurs, d’autres produits peuvent être utilisés comme les anesthésiques locaux (à but diagnostic et parfois thérapeutique) et les produits de viscosupplémentation à base d’acide hyaluronique (Synvisc One*, Hyalgan*…) utilisés dans les atteintes du cartilage.

Le radio-guidage par scanner améliore la précision de l’injection, notamment dans les régions profondes (rachis…), permet de choisir le bon point d’entrée de l’aiguille et de suivre son trajet.

Le délai d’action varie entre 24 - 48 heures et une semaine. Une recrudescence douloureuse peut s’observer dans les heures suivant l’infiltration
La durée d’action est variable, de quelques semaines à quelques mois.

Technique

L’examen se fait la plupart du temps en position allongée. La peau est d’abord désinfectée. La piqûre est, comme toute piqure, un moment un peu désagréable de l’examen.

Une anesthésie locale peut parfois être réalisée.

Pour les infiltrations rachidiennes (colonne lombaire), quelques clichés de scanner seront pris après repérage, pour vérifier le bon positionnement de l’aiguille, avant de procéder à l’injection du dérivé cortisoné.

Pour les infiltrations articulaires (plus souvent effectuées sous contrôle radiologique que sous scanner), l’injection dans un premier temps, d’un liquide de contraste iodé (temps arthrographique) dans l’articulation ne provoque tout au plus que des douleurs modérées et très passagères. Après avoir retiré l’aiguille, votre articulation sera placée dans différentes positions et quelques clichés de scanner seront pris.

Ce premier temps permet de vérifier le bon positionnement de l’aiguille dans l’articulation à traiter.

Dans un second temps, si le positionnement de l’aiguille est satisfaisant pour le radiologue, le radiologue injecte un dérivé cortisoné (infiltration) ou de l’acide hyaluronique (viscosupplémentation).
 

Précautions

On peut réaliser jusqu’à 3 infiltrations, en les espaçant d’au moins 2 semaines.
Pour les visco-supplémentations, il peut s’agir d’une injection unique ou de 3 injections à une semaine d’intervalle, selon le produit utilisé ou l’articulation à traiter.
Pour les infiltrations rachidiennes, il est souhaitable de prévoir 24 heures de repos.
Pour les infiltrations articulaires, éviter de solliciter l’articulation pendant 24 heures.
 
Avant de vous rendre à l’examen :
Il est recommandé de bien se laver la peau, à l’endroit de l’articulation, avec un savon liquide désinfectant par exemple. Mais surtout il ne faut pas raser la peau.
 
Apportez le jour de l’examen :
 1. la demande de votre médecin (ordonnance, lettre…),
 2. tous vos résultats d’analyses de sang,
 3. le dossier radiologique en votre possession (radiographies, échographies, scanners, IRM...),
 4. la liste écrite des médicaments que vous prenez.
 
Le jour de l’examen, vous pouvez manger normalement.
Pour être plus à l’aise, il est conseillé d’aller aux toilettes avant la ponction.
 
Après l’examen :
Limitez les mouvements de votre articulation durant les 24 heures suivantes pour éviter la survenue de douleurs ou d’un épanchement (gonflement).
Interrompez le sport et la kinésithérapie pendant 48 heures.
Si besoin, reprenez contact avec votre radiologiste en lui téléphonant.
 

Complications

Pendant l’examen :
Il est rarissime qu’un liquide iodé injecté dans une articulation déclenche des réactions allergiques. De plus, celles-ci sont le plus souvent sans conséquence.
 
Après l’examen :
Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication.
Comme pour toute ponction, il existe un très faible risque d’infection. Toutes les précautions nécessaires pour l’éviter sont prises. Des douleurs, un gonflement de l’articulation, de la fièvre dans les jours suivant l’examen doivent vous alerter. Il faut alors appeler votre radiologue sans délai, car il peut être urgent de vous donner un traitement. S’il n’est pas joignable, ou en cas d’urgence, appelez un service d’urgence ou rendez-vous à l’hôpital en précisant que vous avez reçu une injection dans une articulation, et prévenez votre radiologue ensuite.
 

Indications

• Infiltrations rachidiennes : sciatiques, cruralgies, arthrose articulaire douloureuse.
• Infiltrations articulaires périphériques : atteinte des cartilages et arthrose.
• Visco-supplémentation : proposé en seconde intention en cas d’arthrose douloureuse, avec peu ou sans épanchement, radiologiquement modérée.
 

Contre-indications

• En cas de traitement par anti vitamine K (AVK) : il peut être nécessaire, en accord avec le médecin traitant d’organiser un relais par Héparine de bas poids moléculaire (HBPM) : l’infiltration sera réalisée 24 heures après la dernière injection, après contrôle de l’INR qui doit être inférieur à 1,5.
• En cas de traitement par anti-agrégant plaquettaire : en accord avec le médecin traitant, un arrêt de 8 jours peut être organisé. L’infiltration aura lieu 24 heures après la dernière prise.
• En cas de diabète : il n’y a pas de contre-indication à la réalisation de l’infiltration sauf en cas de déséquilibre.
Une surveillance de la glycémie capillaire est nécessaire après le geste.
• En cas d’allergie au produit de contraste iodé : une alternative d’infiltration échoguidée sera envisagée par le radiologue pour s’affranchir du produit de contraste.
• En cas de fièvre : il faut reporter l’infiltration.
 
D’une manière générale, n’hésitez pas à fournir tout renseignement qui vous paraîtrait important à communiquer et à informer votre radiologue de toute maladie sérieuse.
 

Radio-protection

L’équipe médicale et paramédicale, ainsi que les installations qu’elle exploite, répondent aux normes en vigueur.

La législation française est très stricte en matière d’utilisation des rayonnements ionisants (rayons X en radiologie).

Les équipes et le matériel sont sous le contrôle d’une Personne Spécialisée en Radiophysique Médicale (PSRM), assuré par la société agréée ALARA, en collaboration avec le Dr Olivier HERCOT, Personne Compétente en radioprotection (PCR), renouvelant ce diplôme tous les 5 ans.

Chaque membre du personnel a bénéficié d’une formation renouvelée régulièrement à la radioprotection du patient.
Chaque dispositif médical émettant des rayons X est agréé par l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) et est rigoureusement et régulièrement contrôlé selon les décisions de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Les procédures comportent des Contrôles de Qualité Internes (CQI) et des Contrôles de Qualité Externes (CQE), périodiques et obligatoires. En cas d’anomalie grave, un rapport est adressé à l’ASN qui sera informée de la bonne correction de celle-ci.

Au moins une fois par an, des données dosimétriques sont envoyées à l’IRSN  (Institut de Radioprotection et de Sécurité Nucléaire) et comparées à des Niveaux de Références Diagnostiques de dose -NRD-. L’IRSN évalue la qualité des procédures et des équipements, en les comparant aux normes en vigueur.

Le médecin radiologue propose enfin dès que possible de remplacer des explorations radiographiques par des techniques non irradiantes de type échographie et IRM (principe de substitution).

Ces normes de  radioprotection protègent tous les patients se présentant pour pratiquer un scanner.

 

PRENDRE RENDEZ-VOUS / ACCES AUX RESULTATS

Pour un renseignement ou un rendez-vous avec un médecin du groupe

AB MARCADET-DAUTANCOURT
(Docteurs HERCOT, SCHUPAK, ELFASSY, PERSIN)

01 42 62 37 37 Cabinet Marcadet - Paris 18ème

01 44 692 692 Centre Ganneron - Paris 17ème.


____________________________________________

Pour un renseignement ou un rendez-vous avec un médecin du groupe RIPN
(Docteurs AUBAC, BENABADJI, CHALOUM, CHERQUI, COHEN, ITTAH, KOCHEIDA, LO, SEKRI, SMADJA)

01 42 58 28 28 Réseau d'Imagerie Paris-Nord - Paris 18ème

____________________________________________

Plusieurs groupes de radiologues travaillant dans notre centre, les rendez-vous se prennent au cabinet de votre radiologue, par téléphone ou sur place, et non directement dans le Centre d'IRM et de scanners.
Vous pourrez trouver des informations complémentaires sur le site de votre radiologue (voir ci-dessus).
Nos secrétaires pourront également vous orienter.

____________________________________________


La gestion de votre dossier pour les questions concernant les honoraires et les remboursements est effectuée par le cabinet de votre radiologue et non par le Centre d'IRM et de Scanner.

 

LES RESULTATS


Pour récupérer votre compte-rendu et/ou visualiser votre examen, vous pouvez vous connecter sur notre site sécurisé
avec le numéro de dossier que vous remettra notre secrétariat (il figure sur le compte-rendu et sur l'étiquette de la pochette de votre examen).
 

VOUS ETES MEDECIN

Vous pouvez vous connecter par l'accès patient (numéro de dossier remis au patient et figurant sur l'étiquette de l'examen ainsi que sur le compte-rendu)

Pour vous inscrire à l’espace professionnel, vous pouvez adresser un e-mail à Josefa HAGUENAUER : josefa.irm18@gmail.com ou sur le formulaire de contact de la page accueil en précisant :

si vous avez une adresse e-mail "apicrypt" et souhaitez recevoir tous les comptes rendus de vos patients par cette voie,

si vous souhaitez recevoir par e-mail un lien de connexion à notre site lorsqu’un de vos patient a passé un examen,

si vous souhaitez un accès permanent à vos patients sur nos sites.

Vous pourrez alors vous connecter par l'intermédiaire du lien ci-dessous

 https://www.scannerirm18.com/login.php

(puis choix "médecin")