En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Le patient est placé dans un mini tunnel, large sur notre nouvelle IRM corps entier, où règne un champ magnétique (l’IRM est un très gros aimant).

Nous travaillons sur deux IRM, l’une d’entre elles uniquement pour la pathologie ostéo-articulaire (membres et rachis), l’autre pour les membres et le corps entier comportant un tunnel beaucoup plus large.

L'émission d'ondes radio (ondes électro-magnétiques) va orienter les noyaux d'hydrogène du corps du patient (essentiellement contenus dans les molécules d’eau, constituant majeur de notre organisme).

Ils seront ensuite stimulés lors de différentes "séquences" pour être mis dans un état particulier appelé résonance.
Le retour de ces noyaux d'hydrogène à leur état d'équilibre va engendrer la formation d'un signal dans une antenne réceptrice.

Ce signal sera transformé en images numériques.
 

Technique

Le champ magnétique utilisé est d’environ 25 000 fois celui créé par la Terre.
Suivant le type de stimulation (« la séquence ») utilisé, différent en intensité et en fréquence, le contraste sera différent.
On parle ainsi de pondération des images dite en T1 ou en T2.
L'information diagnostique est tirée des différences d'intensité des signaux émis par le tissu normal et le tissu pathologique. Bien entendu, si le tissu pathologique a des propriétés magnétiques proches de celles du tissu sain, il peut être difficilement détectable.
Lors d'un examen IRM, c'est l'analyse de ce signal par un ordinateur qui permet d'obtenir les images des différentes parties du corps humain.
 
Les images obtenues lors d'un examen IRM sont de type "numériques". Elles peuvent être donc stockées sur des supports comme un CD ou un DVD. Elles peuvent être fixées sur des "films" via une imprimante laser.
Les examens IRM peuvent donc être archivés dans des systèmes informatiques et de gestions d'informations médicales (PACS, RIS).
L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technique qui permet d'obtenir des images dans n'importe quel plan de l'espace.
 
L'IRM permet de différencier les différents types de tissus mous. C'est ce qu'on résume en disant que l'IRM a une excellente sensibilité de contraste.
Cela signifie :
• obtention de multiples détails dans l'anatomie des régions examinées,
• sensibilité augmentée dans la détection des tissus mous malades.
Pour se convaincre de la sensibilité de contraste de l'IRM, il suffit de comparer des coupes de scanner et d'IRM du cerveau, du rachis (colonne vertébrale) et des muscles et d'observer les détails anatomiques et topographiques produits par ces deux techniques.
 
L'IRM, de par ses caractéristiques (imagerie multiplanaire et sensibilité de contraste), permet de préciser ses rapports avec les organes et les structures du voisinage. Elle peut permettre de mieux caractériser une lésion et d’en approcher la nature, orientant le diagnostic.
L'injection intraveineuse de contraste (il s’agit de gadolinium et non d’iode) peut apporter dans certains cas des informations diagnostiques supplémentaires puisqu'elle permet de souligner :
• l'anatomie vasculaire,
• la formation de petits vaisseaux typiques et l’apparition d’un contraste particulier dans certaines lésions tumorales ou inflammatoires.
 

Indications

> À l’étage cérébral, l'IRM est l'examen de routine dans la recherche d'un accident vasculaire, d'une tumeur ou d'une sclérose en plaques. L'IRM est de loin supérieure au scanner dans la recherche des lésions du parenchyme cérébral, mais aussi de l’hypophyse et des orbites. L'IRM permet également d'étudier les artères du cou et du cerveau.
 
> Pour la pathologie ostéo-articulaire, l'IRM est l'examen de choix pour détecter des lésions des articulations car c'est le seul examen non invasif qui fournit une analyse de structures tels les ménisques et les ligaments du genou. Rappelons que ces structures ne sont pas visibles sur les radiographies standard ou sur un scanner.  Cette technique d'imagerie permet également de diagnostiquer aussi bien des ruptures de ligaments et des déchirures musculaires que des tumeurs des parties molles.
L'IRM joue donc un rôle majeur dans la détection des lésions articulaires et des tissus mous et, à ce titre, elle est très appréciée par les sportifs de haut niveau.
 
> L'IRM est l'examen de choix dans la recherche des hernies discales ou des pathologies de la moelle épinière et des vertèbres.
 
> À l'étage thoracique, l'IRM est surtout employée pour examiner des vaisseaux comme l'aorte ou des masses médiastinales.
 
> L'IRM des seins peut parfois caractériser les lésions comme plutôt bénignes ou plutôt malignes. Cet examen permet surtout de détecter une maladie cancéreuse multifocale et, dans ce cas, l'IRM a un impact direct sur la planification du traitement.
 
> À l'étage abdominal, l'IRM peut être utilisée pour détecter des pathologies dans des organes comme le foie, les reins, la rate, les surrénales et le pancréas. Les indications des examens IRM peuvent également résulter de l'impossibilité de subir un scanner en raison d'une grossesse ou d'une allergie grave à l'iode.
 
> À l’étage pelvien (petit bassin), l'IRM est utilisée chez la femme dans la détection ou le bilan de pathologies comme l'endométriose et certains cancers gynécologiques. Chez l’homme, l’IRM apporte des renseignements majeurs dans le cancer de la prostate.
 
> Les vaisseaux sont également bien visualisés en IRM (parfois sans injection de contraste) et elle permet d'éviter dans un premier temps des techniques plus invasives comme l'angiographie.
 
Limites de l’IRM
En IRM, le calcium apparaît noir (il ne contient pas d’eau) de sorte que de fines calcifications ne sont pas forcément visibles à l'intérieur d'une tumeur.
Le même problème peut surgir pour de petites calcifications de la coiffe des rotateurs ou de petits arrachements osseux.
Pour les articulations, il peut être utile d'effectuer des radiographies conventionnelles et de les mettre à disposition du radiologue lors de l'examen IRM. De minimes érosions osseuses, indicatives d'une pathologie, peuvent être manquées en IRM.
Il peut vous être proposé de compléter le bilan par un scanner.

 

Contre-indications

Contre-indications à l’IRM : certaines sont absolues. Il est important que vous signaliez :
Tout antécédent d’opération cardiaque ou cérébrale ainsi que tout matériel métallique que vous pouvez avoir dans votre corps tels que : pacemaker ou pile cardiaque, pompe à insuline, neuro-stimulateur, stent cardiaque, prothèse, implant cochléaire (oreille), etc.
• des éclats métalliques dans les orbites si vous étiez travailleur de métaux (vous passerez une radio du crâne avant l’IRM)
• Une grossesse et si vous pensez être enceinte, il est très important d'en faire part dès votre arrivée. Votre examen pourra être annulé et peut-être remplacé par un autre examen.
 
Contre-indication relative :
• Une claustrophobie : à la prise de rendez-vous, signalez  toute claustrophobie : si elle est importante, il faudra peut-être remplacer l’IRM par un autre examen.
 
Contre-indications à l’injection :
Elles seront déterminées par notre secrétariat à la prise de rendez-vous, par notre personnel technique ou par le radiologue le jour de l’examen et pourront faire remplacer l’IRM par une autre technique ou le faire pratiquer sans injection, limitant sa performance diagnostique mais pouvant tout de même apporter des informations utiles.
• Un mauvais fonctionnement des reins
• Une allergie, un asthme, un œdème de Quincke
• Un diabète
 
Une contre-indication à l’injection peut ainsi exister pour les patients souffrant :
• d’insuffisance rénale ou cardiaque grave
• d’affection thyroïdienne non traitée
 
Si vous êtes concerné par une de ces contre-indications, n'hésitez pas à poser la question lors de la prise de rendez-vous ou à votre arrivée dans le Centre.
D’une manière générale, n’hésitez pas à fournir tout renseignement qui vous paraîtrait important et à nous informer de toute maladie sérieuse.


Grossesse et IRM. Pas d’IRM ???
Les contre-indications relatives en début de grossesse, obéissent au simple principe de précaution. Votre médecin doit apprécier l'urgence de la réalisation d'une IRM et le radiologue pourra vous y aider. En dehors d'une indication formelle, elle ne sera pas réalisée.
Si vous pensez être enceinte vous devez le signaler lors de la prise de rendez-vous ou au personnel médical à votre arrivée. Des mesures seront prises pour votre sécurité et celle de l'embryon, si votre IRM est indispensable.
Nous n'avons actuellement aucune raison de penser que l'IRM avec ou sans injection est toxique pour l'embryon. Mais, par précaution, elle ne sera réalisée que si son indication est formelle.

Complications

Ce sont celles de l’injection de produit de contraste lorsqu’elle est jugée nécessaire (voir la rubrique dans les questions ci-dessous).
Une impression de chaleur peut être ressentie.
Les brûlures sont exceptionnelles.
 

Précautions avant l'examen

Si vous êtes angoissé à l'idée de vous trouver dans un environnement clos, l'IRM peut vous effrayer. Nous vous conseillons donc de signaler cette angoisse lors de la prise de rendez-vous. Votre médecin pourra vous prescrire une médication douce (en l'absence de contre-indication) contre l'anxiété la veille et le jour de l'examen.
Si vous prenez un tel traitement, qui peut générer une certaine somnolence, nous vous conseillons de vous faire accompagner.
 
Une préparation ou prise de sang pourra vous être prescrite en cas d’IRM avec injection, en particulier :
• Si vous avez plus de 40 ans et n’avez pas de bilan rénal (créatininémie ou clairance de la créatinine) de moins de 3 mois ou si ce bilan était anormal
• Si vous êtes insuffisant rénal ou cardiaque ou si vous êtes hypertendu non traité
• Si vous êtes en cours de traitement d’une affection thyroïdienne, ou sous chimiothérapie
 
N’hésitez pas à nous demander conseil lors de la prise de rendez-vous.
 
En revanche il peut y avoir des contre-indications à l’injection de produit de contraste.
 
En outre, certains médicaments ne peuvent pas être associés aux produits de contraste :
Si vous êtes diabétique traité par certains médicaments : biguanides tels Eddia Gé®, Glucinan®, Glucophage®, Glymax®, Metfirex®, Metformine Biogaran®, Stagid®… vous devrez arrêter le traitement le jour de l’examen avec injection et 48h après, en accord avec votre médecin traitant.
N’hésitez pas à vous renseigner auprès de notre secrétariat lors de la prise de rendez-vous.
 
Il est important de signaler avant l’injection si vous êtes sous aspirine, anti-coagulants, fluidifiants sanguins : anti-agrégants plaquettaires type Asasantine, Persantine, Plavix, Previscan, Sintrom, Solupsan, Ticlid... car il faudra comprimer plus longtemps au point d’injection après le retrait de l’aiguille).
 
Inutile d'être à jeun.
Vous pouvez également continuer à prendre vos médicaments habituels.
 
Il pourra vous être demandé d'ôter certains de vos vêtements et tout sous-vêtement qui comporterait des parties métalliques (perles, armatures, etc.), voire de vous habiller avec une chemise mise à votre disposition.
 
Pour la plupart des patients, aucune préparation n'est nécessaire.
 
Il est préférable également de ne pas se maquiller le matin de l'examen.

PRENDRE RENDEZ-VOUS / ACCES AUX RESULTATS

Pour un renseignement ou un rendez-vous avec un médecin du groupe

AB MARCADET-DAUTANCOURT
(Docteurs HERCOT, SCHUPAK, ELFASSY, PERSIN)

01 42 62 37 37 Cabinet Marcadet - Paris 18ème

01 44 692 692 Centre Ganneron - Paris 17ème.


____________________________________________

Pour un renseignement ou un rendez-vous avec un médecin du groupe RIPN
(Docteurs AUBAC, BENABADJI, CHALOUM, CHERQUI, COHEN, ITTAH, KOCHEIDA, LO, SEKRI, SMADJA)

01 42 58 28 28 Réseau d'Imagerie Paris-Nord - Paris 18ème

____________________________________________

Plusieurs groupes de radiologues travaillant dans notre centre, les rendez-vous se prennent au cabinet de votre radiologue, par téléphone ou sur place, et non directement dans le Centre d'IRM et de scanners.
Vous pourrez trouver des informations complémentaires sur le site de votre radiologue (voir ci-dessus).
Nos secrétaires pourront également vous orienter.

____________________________________________


La gestion de votre dossier pour les questions concernant les honoraires et les remboursements est effectuée par le cabinet de votre radiologue et non par le Centre d'IRM et de Scanner.

 

LES RESULTATS


Pour récupérer votre compte-rendu et/ou visualiser votre examen, vous pouvez vous connecter sur notre site sécurisé
avec le numéro de dossier que vous remettra notre secrétariat (il figure sur le compte-rendu et sur l'étiquette de la pochette de votre examen).
 

VOUS ETES MEDECIN

Vous pouvez vous connecter par l'accès patient (numéro de dossier remis au patient et figurant sur l'étiquette de l'examen ainsi que sur le compte-rendu)

Pour vous inscrire à l’espace professionnel, vous pouvez adresser un e-mail à Josefa HAGUENAUER : josefa.irm18@gmail.com ou sur le formulaire de contact de la page accueil en précisant :

si vous avez une adresse e-mail "apicrypt" et souhaitez recevoir tous les comptes rendus de vos patients par cette voie,

si vous souhaitez recevoir par e-mail un lien de connexion à notre site lorsqu’un de vos patient a passé un examen,

si vous souhaitez un accès permanent à vos patients sur nos sites.

Vous pourrez alors vous connecter par l'intermédiaire du lien ci-dessous

 https://www.scannerirm18.com/login.php

(puis choix "médecin")